Page d'accueil Regards sur l'actualité Réforme des retraites et manipulation de l’opinion

Réforme des retraites et manipulation de l’opinion

par Gilles Rigourex
50 vues
manipulation.jpg

Les organismes de sondages savent très bien que l’on peut obtenir la réponse souhaitée à une question selon la façon dont la question est posée. La réforme des retraites en est une remarquable illustration avec à la clé une formidable manipulation de l’opinion.

Depuis le début des débats sur la réforme des retraites, les sondages se sont multipliés et, forts de leurs résultats, les opposants à la réforme, syndicats et partis politiques en tête, appuyés par des médias qui ne font pas leur travail objectivement, ont clamé haut et fort que les Français sont opposés à la réforme.

Très habilement, les opposants ont dès le départ mis l’accent sur le recul de deux ans de l’âge de départ à la retraite. C’est à peu près la seule chose que les Français ont réellement compris et retenu, toutes les autres mesures (carrières longues, relèvement du plancher des petites retraites, etc.) étant noyées dans une complexité incompréhensible pour le commun des mortels.

Et donc les Français n’ont pas répondu à la question : « Faut-il réformer notre régime de retraite ? » mais à la question « Etes vous pour ou contre le report de deux ans de votre départ à la retraite ? », ou plus réellement encore « Etes-vous d’accord pour travailler deux ans de plus ? ». Qui répondrait « oui » à cette question : personne !

Pourtant il me semble qu’un sondage au moins a affiché que les Français pensent majoritairement qu’il est nécessaire de réformer le régime des retraites si l’on veut qu’il persiste.

Donc la véritable question, pour l’opinion, n’est pas de savoir s’il faut ou non réformer les retraites, car les Français, et notamment les jeunes, craignent de ne pas en avoir (leur a t-on posé la question ?), mais comment ?

Et là, sauf déni total de réalité affirmant que le régime est financièrement équilibré et qu’aucune réforme n’est nécessaire, déni hélas répandu chez certains que nous pourrions qualifier de menteurs délibérés et de manipulateurs, il n’y a pas 36 solutions. Elles sont au nombre de 3 + 1 (nous mettons de côté la réforme systémique qui consisterait à introduire de la capitalisation), et à chacune d’elles pourrait correspondre une question spécifique :

  1. L’augmentation des cotisations : « Etes vous pour ou contre l’augmentation de vos cotisations retraites ? »
  2. La baisse des pensions : « Etes vous pour ou contre la baisse de vos pensions ? »
  3. Le recul de l’âge de la retraite : « Etes vous pour ou contre le recul de votre départ à la retraite ? »

Nous insistons sur le votre – vos dans la formulation de la question car les gens ont trop souvent tendance à penser que cela concerne les autres (les riches par exemple) et pas eux-mêmes.

La réponse probable à ces trois questions étant probablement négative, car elles signifient toutes un effort supplémentaire, elles pourraient être remplacées par une seule : « Pour préserver le régime des retraites par répartition, préférez vous …. ».

Et il y a une 4ème question subsidiaire qui n’a jamais été posée clairement. L’équilibre des retraites par répartition étant fondé sur la répartition entre actifs et retraités, et cette répartition se dégradant d’année en année, comment serait-il possible de freiner voire arrêter cette dégradation ? Le nombre de retraités étant appelé mécaniquement à augmenter, il faut donc augmenter le nombre d’actifs. Comment ?

En supposant que nous créions des emplois marchands en nombre suffisant (mais c’est un autre débat), qui va les occuper ? Notre natalité est en chute libre, et nous voulons de plus en plus travailler moins longtemps journellement, hebdomadairement, mensuellement, annuellement. Il faut donc trouver des travailleurs !

La 4ème question subsidiaire est donc la suivante : « Etes-vous pour ou contre l’accueil de travailleurs étrangers ? ». Et en manipulant l’opinion, on pourrait remplacer le mot étranger par le mot immigré.

Les débats et les manifestations sur la réforme des retraites sont une parfaite illustration de la déliquescence de la France, où la connaissance en matière d’économie dans la population et chez les responsables politiques et syndicaux est l’une des plus faibles des pays développés.

Aujourd’hui le Président Macron met sur le tapis un nouvel argument, pertinent mais inaudible : la réforme des retraites est une exigence économique et financière absolue. Et le fait que le FMI, l’OCDE, etc. le disent ne change rien à la donne, n’en déplaise à ceux qui en font un argument contre la réforme qui serait imposée de l’extérieur ! La France va emprunter cette année 260 milliards pour rembourser ses dettes antérieures et boucler ses fins de mois. Qui va lui prêter cet argent si nos finances continuent de se dégrader ? Jusqu’à quand la France, c’est-à-dire en réalité les Français, seront-ils considérés comme solvables ? Nous avons l’un des meilleurs systèmes de perception de l’impôt et c’est grâce à cela que les prêteurs nous font encore confiance. Mais nous avons aussi le taux le plus élevé d’imposition et de prélèvements, et l’augmenter encore pourrait non seulement soulever l’opinion mais aussi étouffer encore davantage l’économie, les prêteurs redoutant l’un et l’autre.

Éviterons-nous la banqueroute ? Souhaitons-le ! Mais surtout faisons en sorte que…

 

manipulation.jpg

Tu pourrais aussi aimer

3 commentaires

moulin mars 21, 2023 - 10:20 am

D’autres questions
comme écrit ici-même, une majorité de français souhaitent que la part payée par l’état (impôt et emprunts, déjà 40% ) pour les retraites augmente et répondent non aux 3 questions , y compris en variante d’équilibre.
Le problème de fond est que les citoyens ne sont pas dans la même position vis-à-vis du problème posé (jeunes, fonctionnaires, salariés, indépendants, presque retraités, retraités…). La question ne peut pas être unique alors que chaque citoyen a une situation et des préférences différentes. Faire payer les autres n’est pas une option correcte.
De plus poser une question en tout ou rien n’est pas responsabilisant : il faut proposer plusieurs options réalistes , avec des mix de coûts et de conséquences différents. Le vote au jugement majoritaire entre plusieurs choix convient bcp mieux pour aboutir à des choix responsables réfléchis.
En gros, la démocratie, élections et représentations au parlement, ne peut plus fonctionner comme au 19ème voir 20ème alors que les médias de communication se sont multipliés pour tous les citoyens et les groupes de pression.
Le problème ce sont les outils et les processus pour construire des consensus majoritaires et acceptés comme légitimes.

Répondre
CLOVIS mars 21, 2023 - 12:10 pm

Réforme des retraites et manipulation de l’opinion
En pratique, l’absence de réforme conduit à une dévalorisation de la monnaie et à l’inflation ce qui avec le temps va se traduire par une diminution en valeur des pensions (Choix 2)
On aurait aussi pu proposer une autre répartition du temps de travail pour produire globalement plus de richesse en modulant le temps de travail selon l’âge. Par exemple 40 h jusqu’à 45 ou 50 ans puis retour aux 35 h ensuite.

Répondre
H. Matisse mars 24, 2023 - 10:10 am

Réforme des retraites et manipulation de l’opinion
Bonjour,

Il y a quand même des points qui ne sont pas abordés. Est-ce que cette réforme en est une ? Non c’est du paramétrage, il faudra y revenir encore d’ici 5-10 ans grand max

Cette réforme est-elle crédible au vu des hypothèses de croissance et de chomage retenues ? non, il faudra y revenir encore d’ici 5-10 ans

Pourquoi les français refusent le report de l’âge alors que l’espérance de vie augmente ? Oui mais il ne faut pas confondre espérance de vie et espérance de vie en bonne santé (la France ne fait pas si bien pour la bonne santé)

Pourquoi les français refusent alors qu’ailleurs on est déjà à 65 ou 67 ans ? peut-être parce que dans ces pays, beaucoup arrêtent de travailler avant l’âge théorique de 65 ou 67 ans et n’ont donc pas une retraite pleine et donc touchent une pension réduite (voilà comment on équilibre un système)

On peut toujours choisir de regarder sous un angle ou sous un autre

Personnellement, je m’en fous un peu. Je vais tout faire pour essayer de gérer ma retraite moi-même si je peux. Les gens ont voté cycle après cycle pour détruire ce pays, ils n’ont que ce qu’ils méritent probablement (après a-t-on réellement eu des choix intéressants depuis plusieurs quinquennats quand on regarde les partis politiques français : aucun n’a de réelle vision économique de la France)

Répondre

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Privacy & Cookies Policy