Page d'accueil Regards sur l'actualité FRANCE ET PRODUCTIVITÉ

FRANCE ET PRODUCTIVITÉ

par Yves Buchsenschutz
191 vues

Dans un article précédent, nous avions attiré votre attention sur l’évolution négative de la productivité en France ce qui est un cas de figure plutôt inattendu. Les explications pertinentes de ce phénomène manquent cruellement : l’INSEE signale tout de même quelques pistes : le changement de classement des apprentis qui n’étaient pas intégrés au calcul et peu nombreux et qui le sont désormais pour presque 1 million de personnes lesquelles sont venues augmenter le dénominateur du ratio PIB/population active et donc ont fait arithmétiquement baisser la productivité au moins apparente. Pour être tout à fait corrects, ils ont, cela est vrai en général, une productivité inférieure à celle du personnel professionnel en place. Une deuxième raison serait la conservation du personnel pendant la crise COVID, par des entreprises soucieuses de l’avenir, alors que leur production était minorée par la crise.

Source INSEE

Enfin il semblerait que deux professions aient particulièrement souffert, transport (probablement pour les mêmes motifs COVID) et énergie ou l’activité nucléaire a été anormalement réduite en 2023.

Deux autres hypothèses pourraient en parallèle jouer un rôle : de grandes innovations ont largement influencé nos modèles économiques récents : le traitement de l’information d’un côté, et le principe de précaution d’un autre, renforcé parfois par le souci écologique et du changement climatique. Dans le premier cas, beaucoup d’informations disponibles n’ont tout simplement pas été utilisées pour améliorer la productivité mais simplement stockées au cas où ( ?) Nous croulons désormais sous 50 mails ou selfies par jour mais sans résultat concret … Par ailleurs la gestion du risque, ainsi que l’ont fort bien analysé les assureurs (voir interventions diverses de Monsieur D Kessler) est devenue un must implacable : une fois de plus on dépense de l’énergie et de l’argent, sinon en pure perte, du moins pour une production très hypothétique, ou pour le moins disproportionnée par rapport aux sécurités recherchées antérieurement.

Ce phénomène assez global semble plutôt plus mal géré en France que dans d’autres pays ce qui est grave, car la productivité est la principale source d’amélioration du niveau de vie qui reste un objectif sous-jacent de l’ensemble des populations.

Vous trouverez par ailleurs aujourd’hui deux articles, l’un de François Henimann, sur les hypothèses de prix de l’électricité et les politiques sous-jacentes. Il est très fouillé mais ses conclusions sont pour finir assez optimistes à condition que la France arrive à se remettre en situation de bénéficier de la rente du nucléaire qu’elle avait réussi à se créer, ainsi qu’à la proroger pour le futur. Ensuite un autre de Claude Sicard sur les conséquences des événements politiques actuels sur le futur de la politique d’industrialisation dont nous continuons à penser qu’elle conditionne fondamentalement la reprise de l’amélioration du niveau de vie des Français, plus que tout autre paramètre. De ce point de vue, nous sommes assez pessimistes car toutes les avancées (retraites, chômages, formation, recherche d’équilibre budgétaires ….) péniblement partiellement obtenues à date, sont carrément hors champ de vision des  préoccupations actuelles, ou alors sous risque démagogique ce qui augure mal de l’avenir.

Seule bonne note pour nous de l’instant : comme chaque année, nous suspendons pour l’été notre activité (sauf cas exceptionnel ?) et allons consacrer quelques semaines à nos petits-enfants. En vous remerciant encore de vos différents soutiens, intellectuels et/ou financiers, nous vous souhaitons également un bon été et vous donnons rendez-vous au mois de septembre.

BONNES VACANCES A TOUS   

NB un très bon article dans Les Echos sur une réussite d’industrialisation dans la ville de Vitré par Ninon Renaud le 2 07 24. Il faut le vouloir !

Tu pourrais aussi aimer

5 commentaires

zelectron juillet 5, 2024 - 8:39 pm

sans la robotisation* à outrance ce n’est pas la peine de parler de productivité
*et ça ne fait que commencer 24/24/365

Répondre
zelectron juillet 5, 2024 - 8:41 pm

j’ai oublié de préciser qu’un robot remplace (plus qu’avantageusement) de 5 à 10 migrants et parfois plus.

Répondre
moulin juillet 6, 2024 - 9:06 am

La France et les français ont du mal à s’adapter aux conditions changeantes du monde… il faut une vraie crise, qui arrive !

Répondre
Montenay juillet 6, 2024 - 2:35 pm

Enfin ! C’est la première fois que j’entends le mot productivité en cette période électorale ! Tout le monde réclame du pouvoir d’achat, sans comprendre que ça signifie travailler davantage ou mieux

Répondre
zelectron juillet 7, 2024 - 8:52 am

la productivité française est un leurre du au fait des prix élevés comparativement à ceux de nos voisins.

Répondre

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Privacy & Cookies Policy