Page d'accueil Regards sur l'actualité Que faire de nos impôts et industrialisation ?

Que faire de nos impôts et industrialisation ?

par Yves Buchsenschutz
47 vues
travel-g1af08d08a_1280.jpg

En marge de la campagne en cours de déclaration de l’IRPP et de l’IFI, sans oublier la description exhaustive d’éventuelles possessions immobilières, le ministère des Finances a lancé un questionnaire sur la destination des impôts, existante ou souhaitée.

Compte tenu des campagnes similaires, en particulier celles de Madame Hidalgo à Paris, lesquelles consistant plutôt en général à faire bénir les décisions de l’administration par ses partisans qu’une réelle recherche de collaboration et d’idées, nous sommes assez perplexes sur les résultats de cette consultation. Il nous a semblé néanmoins qu’il fallait tenter la chance et que peut-être ce pouvait être l’occasion de donner un peu notre avis sur le pilotage du navire France dont le sillage ressemble de plus en plus à la colonne vertébrale d’un serpent.

En tous les cas c’est une bonne occasion d’insister au moins sur trois points :

• La nécessaire réindustrialisation de la France. Espérons qu’il sortira quelque chose des invitations de notre président. Le sujet, au moins, est désormais sous les projecteurs. Surveillons en parallèle l’évolution du commerce extérieur.

• L’arrêt de l’asphyxie progressive de notre pays par les taxes, les textes et les exigences de l’administration, qu’elle soit européenne ou française (doublez la dose).

• La maîtrise de la dette et l’arrêt, au moins, des distributions erratiques des sucettes du « quoiqu’il en coûte » ainsi que la chasse aux fraudes et dérives sociales. Les Français méritent mieux que cela.

À vos plumes, tentez votre chance, c’est malheureusement assez imprécis mais l’espoir fait vivre ! Et ce n’est pas long.

Merci, déjà, à ceux qui ont inscrit l’IRDEME-EPLF sur leur testament fiscal annuel. Les retardataires ou récidivistes sont les bienvenus également mais il sera bientôt « trop tard ».

Nous soutenir

Par virement à l’IRDEME : IBAN FR39 3000 2004 6700 0044 6190 G05

Merci de bien indiquer vos coordonnées dans son libellé

Par chèque : IRDEME 35 Avenue Mac-Mahon – 75017 Paris

Télécharger ici le bulletin de don

Par carte bancaire : irdeme.donnerenligne.fr


Un don de 300 € vous coûte seulement 100 € sur l’IR ou 75 € sur l’IFI :

L’Irdeme est un institut de recherche économique qui ne fonctionne qu’avec des dons privés, sans aucune subvention publique.
Il bénéficie de la possibilité d’offrir à ses donateurs une réduction de 66% de leur IR des dons qu’ils feront, dans la limite de 20% de leur revenu imposable. Pour l’IFI la déduction est de 75% du montant du don, dans la limite d’une déduction de 45.000 euros. Pour les entreprises la déduction d’impôt est de 60% du montant dans la limite de 0,5% du chiffre d’affaires.

 

travel-g1af08d08a_1280.jpg

Tu pourrais aussi aimer

3 commentaires

Vieuxpetrus mai 16, 2023 - 11:47 am

Que faire de nos impôts et industrialisation ? Laisser faire
Il est impossible de prendre au sérieux ce questionnaire totalement orienté.
Pour industrialiser la France, il faudrait simplement arrêter de harceler les entrepreneurs, et non pas financer des megafactories pour fabriquer des panneaux photovoltaïque (on y a déjà englouti quelques centaines de millions) et des batteries, deux technologies de niches écologiquement catastrophiques et techniquement stupides.
Il faudrait aussi drastiquement éliminer les dépenses inutile et dégraisser le mammouth administratif ( pour reprendre les propos d’un participant à mes formations : « quand il y en a un qui travaille, il y en a 10 qui l’emmerdent »).
Evidemment, aucune des propositions ci-dessus ne figure dans le questionnaire.
C’est ce qu’on appelle « prendre les gens pour des buses ».
Pour qu’il y ait moins de buses, encourager la privatisation des écoles…

Répondre
zelectron mai 16, 2023 - 3:51 pm

avant que de dépenser, il faut gagner son argent (vieille sagesse)
L’état plutôt que d’investir dépense d’abord et ne préoccupe pas du futur, nos enfants ? il s’en moque,
nos usines? ça le laisse de marbre, nos fermes? c’est le cadet de ses soucis, un état stratège ? vous vous moquez ! Rien ne l’intéresse plus que de vivre aux dépends de ceux qui l’écoute. Je parie que les sommes allouées à la « réindus » vont accuser des pertes inexplicables et personne ne pourra mettre son nez dans la comptabilité « opaquissime » des dépenses sans recettes.

Répondre
zelectron juin 2, 2023 - 2:19 pm

Que faire de nos impôts et industrialisation ?
j’ajoute que l’état est la dernière structure avec les banques et autres organismes financiers à être fondés à distribuer quelques subsides que ce soit aux manufacturiers et autres agro-agri-industries.
En effet ceci correspond à la plus grave insulte qui soit que de penser ne serait-ce qu’un instant que les dirigeants de ces secteurs sont des idiots congénitaux incapables d’attribuer tel ou tel budget à qui de droit.
les EBOF* ne s’intéressent qu’aux énormes budgets (moins de travail assurément, plus l’occasion de récupérer (détourner) ainsi quelques oboles pour leurs bonnes œuvres)
*ÉBOF acronyme de État, Banques, Organismes Financiers.

Répondre

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Privacy & Cookies Policy