Page d'accueil Revue de presse Les deux thèses concernant la situation économique

Les deux thèses concernant la situation économique

par admin
35 vues
arton1392.jpg

Peut-il y avoir des théories économiques dans un monde dominé par une pandémie dont on ignore combien de temps elle va durer, si on pourra l’arrêter par un vaccin ou si elle va mourir de sa propre mort par épuisement du nombre de gens non « asymptomatiques »

Les économistes actuels, qu’ils soient classiques ou à prétention néo-keynésienne, sont tous obligés de faire une hypothèse concernant la maladie. lls partent de leur analyse pré-Covid-19 et ils intègrent leurs hypothèses concernant la Pandémie. Le Coronavirus, comme l’épidémie de peste noire (1333-1335 au moins 75 millions de morts), ou plus récemment la « grippe espagnole » (1918-1919 avec 50 à 100 millions de morts), ne durera pas éternellement. On doit réduire au maximum les dégâts directs et indirects (confinement) mais dans le même temps, chercher à définir comment sera le Monde à la fin de la pandémie.
Comme d’habitude, les économistes se divisent en deux camps : les premiers, économistes « classiques », raisonnent en fonction d’une certaine logique qui a fait ses preuves, les autres acceptent de partir dans l’inconnu en cherchant à s’adapter à la situation. Dans les deux cas on accepte les mesures d’urgence indispensables mais on en tire des conclusions tout à fait différentes, ce qui incite à prendre des positions très éloignées l’une de l’autre.

Aussi pour essayer de comprendre la situation actuelle il nous faut d’abord analyser les deux thèses en vigueur et voir ensuite comment elles sont « structurellement » modifiées par la pandémie.

Continuer la lecture sur andese.org

 

arton1392.jpg

Tu pourrais aussi aimer

1 commenter

zelectron octobre 9, 2020 - 12:36 pm

il y a une troisième thèse: que les PMI excluent l’état et les banques pour attribuer les ressources
L’ANDESE est une structure fermée qui communique unilatéralement , refuse les commentaires et donc assène ses vérités sans qu’il soit possible de les contester (l’économie est une science inexacte, faite d’hypothèses parfois même non vérifiables), le terrain leur est étranger quant au cambouis ou la bouse de vache ils ne risquent pas d’y mettre les mains . . . et même à la pâte !

Nota
Ne mélangeons pas les marchands (commerces, prises de risques que personne ne les a obligé à prendre), avec les manufacturières (avec de bien plus lourds investissements y compris en personnels) et agri-agroalimentaires SVP (qui sont dépendants de la pluie ou du (trop) beau temps ou maladies ou sauterelles)

Répondre

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Privacy & Cookies Policy