Page d'accueil Regards sur l'actualité La France est-elle le pays d’Europe le plus attractif pour les investisseurs étrangers ?

La France est-elle le pays d’Europe le plus attractif pour les investisseurs étrangers ?

par Philippe Baccou
28 vues
Nombre moyen d’emplois créés par projet en 2020

La dernière édition du « Baromètre de l’attractivité de la France », étude annuelle du cabinet Ernst & Young (EY), numéro 3 mondial de l’audit et du conseil, a été publiée en juin 2021. Elle porte sur l’année 2020. L’étude annonce que, pour la deuxième année de suite, la France aurait été la « première destination européenne pour les investissements directs étrangers ».
L’Agence France-Presse (AFP) a commenté cette étude en titrant, le 7 juin 2021, que « La France garde son attrait économique, un argument électoral pour Macron ». L’AFP affirme qu’Emmanuel Macron « voit ses choix confortés en matière de politique économique à moins d’un an de l’élection présidentielle de 2022 ». Sur Twitter, le président s’est félicité de cette « excellente nouvelle avec des répercussions concrètes : plus d’emplois créés (+ 30 000 !) ». La ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher, a laissé entendre que la France ne garderait pas un tel attrait si Macron n’était pas réélu.

Que valent ces affirmations ? Pas grand-chose.

L’enquête annuelle d’Ernst & Young a débuté en 1997. Elle est menée dans une quarantaine de pays européens. Elle s’appuie essentiellement sur un recensement de projets d’investissements étrangers annoncés publiquement dans chaque pays. Le cabinet EY totalise, par pays et par année, le nombre de projets dont il a eu connaissance et qu’il a enregistrés dans son fichier.
Ainsi comptabilisés, les projets en question étaient, en 2020, au nombre de 985 en France (1er rang), contre 975 au Royaume-Uni, 930 en Allemagne, 354 en Espagne et 219 en Pologne. Aucun chiffre n’est donné pour l’Italie. En 2019, EY avait recensé 1 197 annonces pour la France contre 1 109 au Royaume-Uni, 971 en Allemagne, 486 en Espagne et 200 en Pologne.
Ces chiffres n’ont qu’une très faible valeur pour mesurer la réalité des investissements étrangers par pays, et donc l’attractivité relative de chaque pays pour les investisseurs. Ils ne concernent que des projets, et non des réalisations. Ils ne concernent que des projets annoncés publiquement, et laissent donc ignorés les investissements non rendus publics. Même pour les projets publics, il n’est pas garanti que le degré d’exhaustivité du recensement soit le même dans tous les pays, ni que cette exhaustivité soit restée la même dans le temps. Qui plus est, la crise sanitaire de 2020-2021 n’a pu que fragiliser encore plus que d’habitude les perspectives de réalisation des projets annoncés.
Il est bien difficile de prétendre, au seul vu de ces chiffres hautement virtuels, dont la représentativité n’est pas établie, que la France aurait pris en 2019 et gardé en 2020 la première place en Europe auprès des investisseurs étrangers.

Plus grave encore : en concentrant la communication statistique sur le nombre de projets, on laisse dans l’ombre une question essentielle pour comparer chaque pays aux autres : que pèsent ces projets ? Il est évident qu’un pays où les investisseurs étrangers annoncent 1 000 minuscules projets est bien moins attractif qu’un autre, où ces mêmes investisseurs n’annoncent que 500 projets, mais 5 fois plus gros en moyenne.
Un moyen simple d’évaluer la taille d’un projet est de connaître le nombre d’emplois qu’il annonce créer. Les études EY sont bien plus discrètes sur cette question. En cherchant bien, on trouve néanmoins des éléments statistiques pour 2019 et 2020. Et ces données ne sont absolument pas favorables à la France.

Nombre moyen d’emplois créés par projet en 2020

Nombre moyen d’emplois créés par projet en 2020

Pour 2020, ainsi, EY nous dit[[Baromètre publié en juin 2021, figure 7, p. 22.]] que le nombre d’emplois par projet annoncé était de 135 en Espagne, 123 en Pologne, 61 au Royaume-Uni, 48 en Allemagne et seulement 34 en France. Beaucoup de projets sont annoncés en France, mais d’un poids ridicule par rapport à celui des projets annoncés dans les grands pays européens de population comparable. En multipliant le nombre moyen d’emplois par le nombre de projets, on obtient les chiffres suivants pour l’année 2020 :
Royaume-Uni 59 500 emplois annoncés, Espagne 47 800, Allemagne 44 600, France 33 500, Pologne 26 900. Les 30 000 emplois salués par Emmanuel Macron sont, en réalité, un chiffre pitoyable : c’est deux fois moins qu’au Royaume-Uni, moins qu’en Espagne (pourtant bien moins peuplée que la France) ; c’est, par habitant, moins qu’en Allemagne et bien moins qu’en Pologne. Tout semble indiquer que la position relative de la France ne fut pas meilleure en 2019 (31 emplois seulement par projet annoncé).

En résumé, dans l’affirmation que la France aurait acquis et conservé la palme de l’attractivité en Europe, il y a une forte dose de « com » :
-une habile communication d’entreprise, de la part d’un grand groupe international d’audit très bien implanté en France ;
-… et surtout, une communication politique menée avec un certain talent par Emmanuel Macron et ses équipes.
Pas plus que ses prédécesseurs, Macron n’est nullement parvenu à restaurer l’attractivité de la France par rapport à nos voisins européens. Pour cela, une autre politique est nécessaire.
Pourquoi les grands médias sont-ils si complaisants à propos d’informations si fragiles ?

 

Nombre moyen d’emplois créés par projet en 2020
Nombre moyen d’emplois créés par projet en 2020
arton1528.jpg

Tu pourrais aussi aimer

1 commenter

gerard dosogne juin 25, 2021 - 10:33 am

La France est-elle le pays d’Europe le plus attractif pour les investisseurs étrangers ?
La France , ou l’art de biaiser les statistiques : ce qui est dit est sans doute juste (et encore) mais les non dits et informations cachées transforment la vérité en mensonge … et les media tombent à pied joint dans le piège!

Répondre

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Privacy & Cookies Policy