IRDEME-EPLF

par Yves Buchsenschutz
96 vues
yvb.png

L’offre d’emplois marchands augmente grâce aux entreprises nouvelles et existantes. Les acteurs privés, par leurs financements et leurs accompagnements, sont indispensables et les plus pertinents pour assurer leurs succès et celui de la France. L’Etat n’est pas un bon gestionnaire d’entreprises. Il lui faut se consacrer au rôle de facilitateur au service des entrepreneurs. Il doit impérativement réduire les contraintes fiscales et administratives pour améliorer la compétitivité de notre cher pays par rapport à nos voisins.

Le mot du Président

L’ Institut de Recherche sur la Démographie des Entreprises (IRDEME) a été fondé par Bernard Zimmern ; cet entrepreneur et philanthrope a dépensé sans compter son temps et les fruits de sa réussite pour montrer comment remettre la France sur la voie de la prospérité et de l’emploi. Nous souhaitons poursuivre son œuvre et continuer à convaincre les décideurs que c’est la multiplication des entreprises et des emplois marchands, particulièrement des emplois industriels qui seule peut restaurer les équilibres économiques et relancer la croissance de la France.

Les études de l’IRDEME et la comparaison avec les pays développés concurrents de la France montrent que, outre des dépenses collectives déraisonnables qui génèrent trop d’impôts et charges, l’appauvrissement du pays résulte surtout de la disparition de la moitié de son industrie ces 40 dernières années. Il existe une corrélation prouvée par nos études entre le PIB (produit intérieur brut) par tête qui représente une bonne estimation de la richesse par individu et la part de la production industrielle dans le PIB.
Il y a 40 ans la France avait 20% de production industrielle dans son PIB et la Suisse 21% et les PIB par habitants étaient équivalents. Aujourd’hui, la part de l’industrie dans le PIB français est tombée à peine à 10% alors que la Suisse a maintenu son industrie à 20% et le PIB par habitant de la Suisse est plus du double de celui de la France. Pendant cette période la France a perdu près de 3 millions d’emplois industriels. Cette désindustrialisation explique aussi pourquoi, durant la même période, la balance commerciale de la France est devenue déficitaire et que ce déficit croit de plus en plus vite car près de 70% du commerce international résulte des échanges de produits manufacturés.
Les conséquences de la désindustrialisation sautent aux yeux lorsque l’on quitte les métropoles pour les villes moyennes où coexistent des centres villes appauvris aux maisons mal entretenues, des usines abandonnées et un taux de chômage élevé.
La désindustrialisation de la France s’est faite dans l’indifférence générale, accélérée par des impôts et charges plus élevés que dans tous les autres pays développés, des contraintes administratives de plus en plus complexes et des pulsions égalitaristes sources de défiance vis-à-vis de l’entreprise et de ses dirigeants.
Les pénuries apparues pendant le COVID ont de plus aidé à prendre conscience de la fragilité d’un pays qui ne peut plus fabriquer sur son territoire les biens essentiels ; mais pour reconstituer une industrie compétitive en France il faudra modifier profondément le régime fiscal, la protection sociale et l’attitude des administrations et de la population vis-à-vis de l’industrie et de l’entreprenariat.
C’est à cette tâche que l’équipe de l’IRDEME, formée d’anciens dirigeants d’entreprises commerciales et industrielles, de banques, de cabinets de conseil, et de quelques anciens hauts fonctionnaires d’administrations économiques, consacre ses recherches sur la démographie des entreprises et au service de l’emploi en les diffusant par l’association jumelle Entrepreneurs pour la France (EPLF).

Venez participer à cette tâche par vos dons à l’IRDEME.
Sachez que votre aide et celle de nouveaux donateurs nous deviennent indispensables pour pérenniser notre effort.yvb.pngYves Buchsenschutz,

Président de l’IRDEME » align= »right » />Nous comptons sur vous pour nous l’apporter afin que nous puissions poursuivre avec succès l’action à laquelle, comme vous, nous croyons tant.
Votre dévoué,

Qui sommes-nous

Président : Yves Buchsenschutz

Trésorier : Bernard Biedermann

Secrétaire : Bertrand Nouel

Conseil scientifique :

Philippe Baccou

Bertrand Nouel

Claude Sicard

Experts :

Philippe Baccou

Jean-François Bauer

Jacques Benilan

Bernard Biedermann

Yves Buchsenschutz

Jacques de Naurois

Robert Devos

Gérard Dosogne

Philippe Douay

Daniel Fischer

Hervé Gourio

Laurent Guyot-Sionnest

François Henimann

Richard Krieger

Gérard Laloi

Alain Mathieu

Bertrand Nouel

Gilles Rigourex

Claude Sicard

Nous rejoindre

Si la compétitivité de nos entreprises, source d’emplois vous intéresse n’hésitez pas à venir avec vos compétences et votre expérience.

Le formulaire en bas de page, vous permet de nous contacter.

Nous soutenir

Par virement à l’IRDEME : IBAN FR39 3000 2004 6700 0044 6190 G05

Merci de bien indiquer vos coordonnées dans son libellé

Par chèque : IRDEME 35 Avenue Mac-Mahon – 75017 Paris

Télécharger ici le bulletin de don

Par carte bancaire : irdeme.donnerenligne.fr


Un don de 300 € vous coûte seulement 100 € sur l’IR ou 75 € sur l’IFI :

L’Irdeme est un institut de recherche économique qui ne fonctionne qu’avec des dons privés, sans aucune subvention publique.
Il bénéficie de la possibilité d’offrir à ses donateurs une réduction de 66% de leur IR des dons qu’ils feront, dans la limite de 20% de leur revenu imposable. Pour l’IFI la déduction est de 75% du montant du don, dans la limite d’une déduction de 45.000 euros. Pour les entreprises la déduction d’impôt est de 60% du montant dans la limite de 0,5% du chiffre d’affaires.

Mentions légales

Pour voir les détails de nos conditions d’utilisation et les mentions légales, accéder ici à la page dédiée.

Nous contacter

Le formulaire ci-dessous est à votre disposition pour nous joindre ; Les messages postés sur cette page restent privés.

 

yvb.png

Tu pourrais aussi aimer

1 commenter

moulin septembre 7, 2023 - 11:27 am

Beau projet de défendre les entreprises pour créer des emplois
Beau projet de défendre les entreprises pour créer des emplois.
Mais pas toutes les entreprises… d’abord celles qui savent grandir en les aidant à grandir plus vite.

Répondre

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Privacy & Cookies Policy