Page d'accueil Études et analyses Privatisation d’ADP, saine concurrence ou entourloupe ?

Privatisation d’ADP, saine concurrence ou entourloupe ?

par Gérard Dosogne
23 vues
arton1167.jpg

Privatisation voilà un concept qui sonne agréablement à nos oreilles libérales ! Pourquoi ? Car il est prouvé qu’une gestion privée est plus efficace qu’une gestion publique, et que la société privée, dans un milieu concurrentiel va devoir optimiser son offre pour garder ses clients contrairement à l’Etat qui se place en situation de monopole et dicte les règles.

Mais savez-vous qui sont les adversaires les plus féroces de la libre concurrence ? Milton Friedman dénonçait aux USA les grands groupes sidérurgiques qui s’opposaient aux lois anti trust voulues par Kennedy : un oligopole peut s’entendre sur les prix et détourner les gains de productivité à son profit (c-à-d. au profit de ses actionnaires). Les grands groupes bien installés sur un marché ont en horreur la concurrence….

Que voit-on avec la privatisation proposée d’ADP : vendre à un groupe privé… un monopole ! Quel sera l’intérêt de ce groupe pour améliorer l’offre pour le client ? Celui-ci est quasi captif et ses choix alternatifs sont pour le moins limités. Comment soumettre ADP à une vraie, une saine concurrence ?

Les Anglais montrent la voie : chaque aéroport de Londres est indépendant, privatisé, mais appartenant à des groupes différents : Vinci est le propriétaire opérateur de Gatwick, et d’autres groupes possèdent Heathow, Stanstead ou Lutton. Il y a donc des alternatives pour la compagnie aérienne qui pourra choisir entre des offres concurrentes, et donc le mécanisme concurrentiel pourra fonctionner.

Avant de privatiser ADP, il faudrait donc séparer les aéroports de Roissy, Orly et Le Bourget. Séparément ils se vendront sans doute globalement un peu moins cher… Car les acheteurs sauront que la concurrence les empêchera de gonfler exagérément les prix au profit de leurs actionnaires, mais c’est un rôle pour l’Etat, non pas de maximiser le prix de vente (en vendant une « rente »), mais d’organiser un environnement concurrentiel qui sera au bénéfice des utilisateurs.

Alors voilà : oui privatisons, mais cassons d’abord les monopoles pour organiser une saine concurrence… et évitons les entourloupes en faveur de copains ou des opérations à courte vue de Bercy pour maximiser les prix de vente au détriment du service futur.

 

arton1167.jpg

Tu pourrais aussi aimer

4 commentaires

chaigne avril 14, 2019 - 8:51 pm

ADP
La vraie question est de savoir si ADP deviendra ou ne deviendra pas sous contrôle chinois

Répondre
zelectron avril 15, 2019 - 11:12 am

En marche : du monopole d’état au monopole privé
Effectivement, séparer les 3 aéroports représente une tâche titanesque donc insurmontable pour les hauts fonctionnaires qui sont déshabitués à travailler même mollement surtout de par leurs formatages de petites personnes imbues d’elles-mêmes.

Répondre
CANEPARO avril 15, 2019 - 8:01 pm

Maintenant que vous l’avez écrit
cela devient une évidence.
En tant que libéral, je suis pour la concurrence et non pour les monopoles d’état ou privé. Vous proposez là une procédure qui pourrait montrer aux français que le libéralisme c’est une vraie égalité de concurrence.

Répondre
zelectron avril 18, 2019 - 7:48 pm

L’état est un jeanfoutre
Au lieu de peaufiner un cahier des charges drastique des obligations des éventuels repreneurs sous condition d’entreprises françaises depuis une décennies (pour des raisons de défense nationale) l’état cherche à réaliser une opération telle qu’elle puisse lui permettre de mieux s’occuper de causes charitables, non ? alors je me trompe . . . l’équipe en place va une fois de plus employer ces ressources pour sa garde prétorienne : les ponctionnaires.

Répondre

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Privacy & Cookies Policy