Page d'accueil Études et analyses La production d’énergie et de biens écologiques : comment et combien ?

La production d’énergie et de biens écologiques : comment et combien ?

par Yves Buchsenschutz
112 vues
cooling-towers-gfb8ef42a0_1280.jpg

En complément à l’article très complet de Claude Sicard sur l’équilibre à atteindre entre le niveau de vie des populations et le respect de la planète, deux informations intéressantes :

La fermeture de Fessenheim exigée par les Allemands et les écologistes a un coût complet qui a été estimé à 6 milliards d’euros. Il y a en France à peu près 29,3 millions de personnes jouissant d’un travail rémunéré. Le coût de la fermeture de Fessenheim, à lui tout seul, coûte donc 205 € pour chaque salarié, 410 si le couple travaille (voir l’article du 26 septembre 2022 sur la fermeture de cette centrale nucléaire).

L’Allemagne cette semaine a fermé ses trois dernières centrales nucléaires. On peut imaginer que le coût sera proche de 18 milliards (Fessenheim x trois). La population active étant de 41,7 millions de personnes, le coût pour chaque travailleur sera d’environ 430 € !

Au demeurant, ce pays qui se veut un modèle écologique et qui prétend atteindre 80 % d’énergie primaire renouvelable dès 2030 doit assumer l’historique suivant :

En 2021, plus de 75 % de l’énergie consommée en Allemagne avaient pour provenance des énergies fossiles : pétrole, gaz (russe), charbon, lignite (le plus mauvais ratio d’émission de CO2), en augmentation globale.

En 2022, plus de 79 % (+4) de l’énergie consommée en Allemagne avaient la même provenance mais la crise ukrainienne a obligé les pays à diminuer un peu leur consommation globale.

En 2023, la fermeture des dernières centrales nucléaires ne devrait pas améliorer cette performance, bien que le gouvernement ait décidé d’injecter 200 milliards d’euros dans le système. Objectif : subventionner le prix de l’énergie pour le rendre plus supportable par la population et programme d’économie drastique (dans les immeubles, les bureaux, etc. les couloirs ne seront plus chauffés !) Pour le moment c’est toujours le lignite qui fait l’appoint.

Le gouvernement allemand n’a toujours pas expliqué comment il résoudrait la nécessité d’équilibrer en permanence les réseaux électriques (ce qui est impossible avec les énergies renouvelables intermittentes que sont le solaire et l’éolien, sauf par chance extraordinaire) sinon avec du gaz baptisé rapidement écologique car il dégage moins de CO2 à la combustion que le lignite – mais en dégage tout de même – ou l’hydrogène, qui pour le moment au moins nécessite une énergie primaire intermédiaire.

Mise à part la somme astronomique prévue (près de 5000 € par personne active), les chantiers pharaoniques d’éoliennes in et offshore ainsi que les champs de panneaux solaires, les économies de chauffage « de couloir » et le miracle, car c’en est un à date, du gaz (?), Rien de tout cela ne ressemble à un plan construit et sérieux. Comme en France à ce jour, nous sommes devant des catalogues de vœux pieux qui pourront être remis en cause à tout moment alors que l’énergie est une industrie de long terme, quelle que soit la solution choisie.

Il est tout de même profondément regrettable que le concept de « développement durable » défini dès 1987 dans le Rapport Brundtland, à savoir travailler en permanence sur un compromis équilibré entre le souhait compréhensible de développement et le respect de la planète, ait été dévoyé délibérément par des activistes qui nient allègrement la société de consommation dans des selfies sur leurs téléphones portables.

 

cooling-towers-gfb8ef42a0_1280.jpg

Tu pourrais aussi aimer

2 commentaires

zelectron mai 12, 2023 - 4:40 am

La production d’énergie et de biens écologiques : comment et combien ?
rem. Les allemands puisqu’ils l’exigeaient à corps et à cris, devraient participer pour moitié aux frais engendrés par Fessenheim !

Répondre
GERARD DOSOGNE mai 12, 2023 - 3:20 pm

La production d’énergie et de biens écologiques : comment et combien ?
Pour reprendre notre discussion récente , les allemands se fichent pas mal du CO2 émis …. ils n’ont qu’un objectif , tuer le nucléaire entre autres car ils ne le dominent pas et que ça leur permettra de dominer la France ( et le reste de l’Europe) de manière définitive.

Répondre

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Privacy & Cookies Policy