Page d'accueil Études et analyses Chômage et financement de start-up : synthèse de 10 ans de recherche de l’IRDEME

Chômage et financement de start-up : synthèse de 10 ans de recherche de l’IRDEME

par Jean-François Bauer
22 vues
diapositive1.jpg

Les études de l’IRDEME confirment que la libération des entreprises françaises doit être accompagnée d’un système fort d’incitation à l’investissement de l’épargne privée dans les nouvelles entreprises pour parvenir à une réduction progressive du chômage de masse.

Les études de notre Institut montrent (confirmation sur les graphiques en annexe) que :

La France crée beaucoup d’entreprises mais à peine 5% d’entreprises «employeuses » (N°1) ;

La France crée trois à six fois moins d’entreprises « employeuses » que l’Allemagne ou le Royaume-Uni (N°2) et ce déficit s’accroît ces dernières années ;

En 30 ans la France a accumulé un retard de 5 à 7 millions d’emplois marchands (N°3) ;

« Seules les entreprises nouvelles créent de l’emploi » : aux États-Unis comme au Royaume-Uni l’augmentation du nombre d’emplois marchands résulte de créations d’emplois par les nouvelles entreprises, supérieures en nombre aux destructions par les entreprises existantes (N°4) ;

En France, en moyenne, les créations d’emplois marchands par les entreprises nouvelles excèdent de très peu les destructions par les entreprises existantes (N°5) ;

La France compte moitié moins de jeunes entreprises de croissance (« gazelles ») que le Royaume-Uni ; elles créent quatre fois moins d’emplois – qui réduiraient les destructions dans le parc existant -(N°6) et les « gazelles » françaises sont trois fois moins financées à leurs débuts (N°7).

Il en résulte que les mesures indispensables pour rétablir la compétitivité des entreprises françaises (durée du travail, allègements de charges…) et la réforme du droit du travail ne suffiront pas à résorber le chômage de masse si on n’accélère pas en même temps le rythme de renouvellement de la population vieillissante des entreprises françaises.

Les exemples anglo-saxons montrent que seul le financement privé par des « business angels[[Investisseur personne physique investissant entre 100.000 et un million d’euros dans une start-up à laquelle il apporte aussi son expertise et son réseau.]] » individuels contribue efficacement au financement de départ de start-up employeuses mais que ce financement risqué et peu rentable, nécessite une incitation fiscale significative.

Les études de l’Irdeme montrent aussi que les systèmes d’incitation EIS[[Enterprise Investment Scheme.]] britannique et Sub S américain qui ont démontré leur efficacité ont un coût initial peu supérieur aux systèmes français actuels et qu’ils engendrent rapidement de nouvelles recettes.

Jean-François Bauer
Président de l’IRDEME

diapositive1.jpg
diapositive2.jpg
diapositive3.jpg
diapositive4.jpg
diapositive5.jpg
diapositive6.jpg
diapositive7.jpg

 

diapositive1.jpgdiapositive2.jpgdiapositive3.jpgdiapositive4.jpgdiapositive5.jpgdiapositive6.jpgdiapositive7.jpgarton814.jpg

Tu pourrais aussi aimer

Laissez un commentaire

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d’accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus

Privacy & Cookies Policy